RSS Feed

Tag Archives: trail

Jerusalem March 2012 English poem with its original text


©copyright2013owpp

©copyright2013owpp

This poem is a result of a memorable first time rainy visit, to Jerusalem

Jerusalem
————-

We climb
Painfully toward you
The cypresses point their
Peaks toward the heavens
Toward you God

It is winter and cold
But in my heart
Is joy
For I find you, dripping
Noisy, stirring
As a sister

Jerusalem in rain
The Wall, where everything glistens
Is to have touched God,
To wrap oneself in divine,
Being in the center, a concave
Let one self coddled.

How your stones are beautiful!
Witnesses of time
Sculptured by the wind
Cold by moments
Scorching often
I approach to brush you lightly…

Per emotion, I hesitate
But my hand rushes
My eyes close
Your energy encircles me
And my soul loves…

As a blind
I follow your relief
Forget my grievances
Time fades
A horn bellows
A prayer for the mass

I am bound to you
By serenity, your pride
Your wisdom and faith
Never had I seen you
As glistening and adorned
Sparkling and sated

Then, we move away painfully. From you
Oh! Jerusalem
The cypresses point their peaks through the mist
My eyes cloud over

Toward the heavens,
Toward you, God.
————-

Jérusalem
————

Nous grimpons péniblement vers toi
Les cyprès pointent leurs
Cimes vers les cieux
Vers toi Dieu.

C’est l’hiver, il fait froid
Mais dans mon cœur
C’est la joie.
Car je te retrouve ruisselante
Bruyante et émouvante
Comme une sœur.

Jérusalem dans la pluie,
Le Mur où tout luit,
C’est toucher Dieu.
M’envelopper de divinité
Etre au centre, au creux
Me laisser dorloter

Que tes pierres sont belles !
Témoin du temps
Sculpter par le vent
Froide par moment
Brûlante souvent
Je m’approche pour t’effleurer…

Par émotions j’hésite
Mais ma main se précipite
Mes yeux se ferment
Ton énergie me cerne
Et mon âme t’aime.

Comme une aveugle
Je suis tes reliefs
Oublie mes griefs
Le temps s’efface
Une corne beugle
Une prière pour la masse

Je suis lié à toi
Par la sérénité, ta fierté
Ta sagesse et ta foi
Jamais je ne t’avais vu
Aussi luisante et parée
Brillante et repu.

Puis, nous nous éloignons péniblement. De toi
Ô ! Jérusalem
Les cyprès pointent leurs cimes à travers la brume
Mes yeux s’embrument.

Vers les cieux,
Vers toi, Dieu.

My brother – So gentle Dec.2011 Poem with French original text


©copyright2013owpp

©copyright2013owpp

This poem was written with rivers of love for my younger brother whom I discovered later, the strength of his soul.

My Brother
———-

Back turned
You watched nowhere
I heard a sob
Waking me with a start

I feigned sleep
My heart alert
Wishing to comfort
Not daring to admit

Desolate landscape
Décor effaced
All in you cried out
To regain your liberty

Moment of infinite tenderness
Parenthesis in my distress
I trampled your softness
Not thinking about your welfare
————-
Have I expiated my sin
With a rose, a thing?
No, It is with love
For my brother, I feel

Witness of a story
Of a derisory past
A long path
Cultivated by our means

Age, unveiled
The clarity, the truth
Of your soul, beauty
Was revealed to me

I felt beating in me
The rhythm of life
The tom-tom of joy
A window to the radiant

My brother is only sweetness
Artisan and author
Of an inner strength
Kindness, his motor
———–
I needed all these years
To find you, appreciate
To understand your value
Your personality in depth

Perhaps a rose,
Is after all just a thing
But I hold it out to you
In all friendship

As a peace offering 🙂

Mon frère n’est que douceur
————————

Le dos tourné
Nul part tu regardais
J’entendis un sanglot
Me réveillant en sursaut

Je feignis le sommeil
Mon cœur en éveil
Voulant te consoler
Mais n’osant te l’avouer

Paysage désolé
Au décor effacé
Tout en toi crier
Pour retrouver ta liberté

Moment d’infinie tendresse
Parenthèse dans ma détresse
Je piétinais ta douceur
Ne pensant à ton bonheur
———–
Ai-je expié mon péché
Avec une rose, une chose ?
Non, avec l’amour
Pour mon frère que j’éprouve

Témoin d’une histoire
D’un passé dérisoire
D’un long chemin
Cultivé par nos moyens

Avec l’âge, c’est dévoilé
Une clarté. La vérité
De ton âme, la beauté
M’a été révélé

Alors,
J’ai senti battre en moi
Le rythme de la vie,
Le tam-tam de la joie
Une fenêtre vers l’épanouis

Mon frère n’est que douceur
Artisan et auteur,
D’une force intérieure
La bonté son moteur

Il m’a fallu toutes ces années
Pour te retrouver, t’apprécier
Comprendre ta valeur
Ta personnalité en profondeur
————
Peut-être qu’une rose
N’est après tout, qu’une chose
Mais je te le tends en toute amitié

Comme offrande de paix 🙂